Espace client
Créer un compte

Bienvenue

Bienvenue sur le site Je consulte un psy.com, la première plateforme 100% psychologues...


Tout n'est pas perdu
Wendy Walker

Tout n'est pas perdu

Un thriller psychologique génial (NDLR): Alan Forrester est thérapeute dans la petite ville cossue de Fairview, Connecticut. Il reçoit en consultation une jeune fille, Jenn...


Achetez ce livre sur Fnac.com


Recherche

Accueil > Réponse de psy

Un psy vous répond

Question de Philippe :

J'aime ma copine mais je romps notre relation toutes les semaines, et je regrette énormément après, pourquoi ce comportement ?

Jeudi 07 Septembre 2017

ILHEM
ILHEM
Code Pro : 0129

La réponse d'Ilhem :

J'aime ma copine mais je romps notre relation toutes les semaines, et je regrette énormément après, pourquoi ce comportement ? Les raisons d’une rupture sont diverses, les partenaires peuvent avoir des attentes différentes, l’usure du couple des conflits fréquents, l’infidélité, l’ennui qui s’installe avec la routine… Mettre un terme à une relation n’est jamais une décision facile à prendre, elle est source de souffrance pour celui qui en est à l’origine comme pour celui qui la subit.

Depuis combien de temps êtes-vous en couple ensemble ? A quel stade de la relation en êtes-vous ? Quelles raisons objectives vous poussent à vous séparer de votre compagne ?  Aviez-vous le même comportement avec vos anciennes partenaires ? Etc…

Chaque couple est unique, chaque situation est singulière. Répondre avec si peu d’éléments est difficile. Peut-être quittez-vous de peur d’être quitté ?  Est-ce une façon de tester l’attachement de votre partenaire ou du votre envers elle ? Ou est-ce tout autre chose. Je vous propose de comprendre la construction du couple et la place des conflits, vous y trouverez un éclairage quant à votre situation.

 

 

La relation de couple :

De nombreux facteurs poussent deux personnes à tomber amoureux l’un de l’autre. D’importantes transformations chimiques s’opèrent dans notre cerveau, notre vision du monde est embellie, tout nous apparait agréable et ce qui nous contrariait à dorénavant peu de prise sur nous, nous avons plus d’énergie, nous ressentons de la joie, bref nous voyons la vie en rose. Cette première phase romantique, dont la durée varie entre 6 et 18 mois, permet de tisser les premiers liens dans un climat de sécurité et de confiance et de mettre en route un projet de vie (emménager ensemble, prévoir un mariage, des enfants, ...).

Passée cette première phase, une nouvelle étape dans la vie du jeune couple commence. Le partenaire n’est plus idéalisé, il est dorénavant perçu tel qu’il est réellement (c’est à ce moment que les défauts apparaissent), les changements de comportements créent du stress et de l’anxiété.  Cette modification de la perception du partenaire diminue le sentiment de sécurité et de bien-être, à ce stade chacun se retrouve dans sa vie d’avant la romance avec en plus une relation à gérer. Les gestes d’attention et le désir diminuent, laissant place à l’incompréhension, aux frustrations, aux critiques et aux reproches. Beaucoup choisissent alors de mettre fin à leur relation. Or envisager des perspectives d’avenir en couple c’est comprendre que cette phase de conflits est essentielle à la construction et la consolidation du couple.

 

 

Le conflit dans le couple :

Le conflit offre une chance d’amener la relation de couple à un stade supérieur et permet aux partenaires de défusionner.

La communication est donc essentielle pour dissiper les malentendus, exprimer son ressenti et ses attentes, et entendre ceux de son partenaire. Le conflit nous permet de nous extraire de notre mode réactif en développant une relation consciente, ce qui demande courage et engagement. Confronter sa vérité et ses peurs à celles de son partenaire, et renoncer à fuir face aux difficultés qui se présentent c’est signifier son engagement dans la construction d’une relation consciente.  Et cet engagement doit être pris par les deux partenaires.

La frustration que l’on peut ressentir dans le couple nous renvoie directement à nos souffrances ou blessures d’enfance. La peur, la colère, la tristesse et souvent l’angoisse d’abandon. Les défenses érigées pour se protéger doivent être réduites pour pouvoir permettre la construction du lien, et il est illusoire de penser que ce changement peut être attribué à son partenaire. Si vous n’y arrivez pas seul, consulter un psychologue vous aidera à comprendre votre problématique, afin d’éviter de réitérer vos comportements et ne plus souffrir.

Ilhem 0129     

Un psy vous répond

Voir les archives