Espace client
Créer un compte

Bienvenue

Bienvenue sur le site Je consulte un psy.com, la première plateforme 100% psychologues...


Tout n'est pas perdu
Wendy Walker

Tout n'est pas perdu

Un thriller psychologique génial (NDLR): Alan Forrester est thérapeute dans la petite ville cossue de Fairview, Connecticut. Il reçoit en consultation une jeune fille, Jenn...


Achetez ce livre sur Fnac.com


Recherche

Accueil > Réponse de psy

Un psy vous répond

Question de Susanne :

Je suis maman d'un jeune homme de 20 ans. Après une période au lycée chaotique, où il a quand même obtenu son BAC, et nous l'avons inscrit en Fac de musicologie où il n'est jamais allé.

Jeudi 13 Avril 2017

SANDRA
SANDRA
Code Pro : 0016

LA REPONSE DE SANDRA :

Je suis maman d'un jeune homme de 20 ans. Après une période au lycée chaotique, où il a quand même obtenu son BAC, et nous l'avons inscrit en Fac de musicologie où il n'est jamais allé. Je suis maman d'un jeune homme de 20 ans. Après une période au lycée chaotique, où il a quand même obtenu son BAC, et nous l'avons inscrit en Fac de musicologie où il n'est jamais allé. C’est un artiste, il compose, écrit dévore les livres. Il nous a menti, ouvertement, les yeux dans les yeux et après de longues périodes d'échanges afin de comprendre pourquoi il mentait et pourquoi il n'allait pas en fac il nous a dit souhaiter se consacrer à la musique. Son père et moi avons accepté de lui donner le temps de "percer" mais le constat fut brutal. Maxime vit la nuit et dort le jour et donc ne met aucune chance de son côté. Quand j'essaie de lui en parler il se braque et m'invente des histoires rocambolesques...

Un an après son Bac, constatant qu'il ne se bougeait pas, je l'ai positionné sur un recrutement qui avait lieu à mon travail sans lui laisser le choix. Il a été pris en CDI, avec une période d'essai de 3 mois. Un magasin venait de s'ouvrir il y avait tout à faire. Au début il était content (en apparence) puis quand il eut signé son CDI, avec mon mari et son petit frère nous nous sommes absentés de la maison une semaine pour raison familiale et à notre retour j'ai senti que quelque chose n'allait pas. Ses horaires changeaient tout le temps, il mentait je le savais. Sans preuve, je n'ai rien fait, rien dit jusqu'au jour où en rentrant à la maison un soir où il devait finir à 19h je l'ai vu l'air tout endormi de celui qui vient de se réveiller, il m'a encore dit un mensonge, une excuse, là pendant plus d'une heure j'ai essayé de parler je lui ai dit calmement que je ne le croyais pas, que je lui laissais l'opportunité de me dire la vérité et que s'il fallait en arriver aux extrêmes j'allais appeler son employeur pour être sûre mais il est resté camper sur ses mensonges. J'ai fini par appeler son employeur qui m'a confirmé que depuis 10 jours il ne venait plus, qu’il avait fait un "faux" en attestant que sa sœur "imaginaire" était décédée. Ce fut le choc!

La soirée fut très mouvementée, il a fini par passer la nuit ailleurs puis malgré nos tentatives de dialogues il n'a rien lâché. Je lui ai pris RDV chez un psy où il n'est pas allé, où il n'a pas parlé quand je l'ai contraint de s'y rendre en l'accompagnant. Alors un soir, après un énième mensonge on l'a mis à la porte. Je crois que je n'ai jamais fait quelque chose de plus douloureux dans ma vie et après deux jours je lui ai dit de revenir régler toutes ses affaires administratives et repartir sur de bonnes bases. Il n'est pas allé à la convocation de son employeur, il n'est pas allé signer son licenciement, il n'est pas allé s'inscrire à Pôle Emploi non plus et depuis ce jour, il vit la nuit dort le jour, se lève à 18h, part chez ses amis nous prévient à la dernière minute, bref il vit sans règle, sans cadre malgré tous nos efforts. Je suis désespérée et mon mari aussi. Nous ne lui donnons plus d'argent de poche, nous subvenons juste à ses besoins vitaux sauf médicaux car il est toujours inscrit à la sécu de la FAC après 2 ans malgré nos demandes répétées pour qu'il s'y rende et fasse le nécessaire.

Quelle solution? Merci de vos conseils car en qualité de parents nous sommes vraiment démunis face à ça.

 

Bras de fer

Dans votre long propos, il apparaît que vous, les parents, et votre fils êtes entrés dans un rapport de force depuis un certain nombre de mois voire d'années. Vous voulez qu'il s'installe dans la vie, qu'il soit en sécurité, qu'il assure ses arrières peut-être... et tout ce qu'il fait va à l'encontre de cela à vos yeux. La vraie question n'est pas de savoir qui a raison ou qui a tort mais comment vous pouvez vous retrouver sur la même longueur d'onde.

 

Avant 20 ans ?

Et avant tout cela qu'en était-il de votre relation auparavant ? L'adolescence s'est-elle bien passée ? L'enfance a-t-elle été sereine ? Le changement a-t-il été progressif ou brutal ? Sur quoi s'est construit vos rapports d'aujourd'hui et notamment cette difficulté de confiance entre vous (doutes et mensonges inclus) ? Ce sont les bases de votre relation qui peut permettre de comprendre ce qui se joue aujourd'hui. Cela reste une hypothèse à ne pas négliger pour avancer.

 

Et vous ? Qui vous aide ?

Aujourd'hui votre fils a 20 ans, il est majeur et fait des choix. Ils ne sont sans doute pas toujours bons pour lui mais ce sont les siens et s'il refuse votre soutien, votre champ d'action reste limité. La relation, la confiance autant que faire se peut, le maintien de la discussion sans forcément entrer en opposition par rapport à ses décisions sont à privilégier. Vous avez proposé l'aide d'un thérapeute à votre fils, c'est une bonne idée qu'il n'a pas su saisir pour le moment. Et vous, qui vous aide aujourd'hui à prendre du recul et à chercher un moyen pour vous accompagner dans cette souffrance ? L'avis d'un psychiatre pourrait également être judicieux afin s'assurer qu'il n'y a pas de trouble psychique qui s'installe à bas bruit.

Un psy vous répond

Voir les archives